Souscrire par téléphone (9 h / 18 h)

24 août 2015

Les voyages forment toujours la jeunesse mais prudence quand on n’a plus 20 ans

En meilleure forme, les seniors voyagent de plus en plus, par leurs propres moyens ou en séjour organisé, mais toujours en quête de nouveaux horizons. Quelles sont les précautions à prendre ? Où sont les limites ? Jusqu'à quel âge entreprendre un périple ? Les recommandations de Mondial Assistance aux seniors qui, malins, attendent la fin de la haute saison pour prendre le large.

S’envoler pour un safari au Kenya à 75 ans ? Pourquoi pas si l’on se sent en forme ? A priori, aucune contre-indication n’empêche de jouer les globe-trotters, après la retraite. Mais une chose est sûre, la prudence reste de mise pour les seniors tentés d’explorer le monde. Passé un certain âge, les voyages exigent une préparation minutieuse et le suivi de certaines précautions. 

Bien choisir sa destination 

Il n’y a pas de règle préétablie pour choisir sa destination, c’est surtout une question de bon sens. Tout dépend de son état de santé et des traitements en cours. Dans certains cas, (par exemple une pathologie respiratoire ou cardiaque graves, un diabète compliqué, une insuffisance rénale chronique, etc.), certains pays lointains sont à éviter. D’une façon générale, il faut savoir que : 

  • Dans les pays tropicaux, la déshydratation liée à la chaleur excessive, mais surtout à une éventuelle « tourista », peut entraîner des complications sérieuses chez les personnes âgées. 
  • Les séjours en altitude, y compris dans des villes comme Mexico ou La Paz, peuvent provoquer la décompensation d'une insuffisance cardiaque ou respiratoire, d’habitude bien équilibrée. 

Une visite chez le médecin traitant s’impose avant le départ 

  • Il est vivement conseillé de rendre visite à son médecin au moins un mois avant le départ : il est le mieux placé pour juger de la faisabilité du projet de son patient. Il le conseillera sur son aptitude à effectuer les déplacements ou à suivre tel ou tel programme (difficultés des randonnées, climat, etc.). Il lui fournira aussi de précieuses indications sur l'alimentation et les structures médicales disponibles sur place. 
  • Le feu vert donné, le médecin mettra à jour les vaccinations nécessaires selon le pays choisi. Les personnes âgées sont plus sujettes aux complications liées à l'hépatite A et B, à la grippe, au pneumocoque ou encore, à la fièvre typhoïde : se faire vacciner contre ces agents pathogènes peut s'avérer utile. Bien se renseigner sur les délais car par exemple l’hépatite B nécessite deux injections espacées d’un mois. 
  • Le paludisme : les plus âgés comptent parmi les sujets sensibles et doivent veiller à bien se renseigner auprès de leur médecin sur les risques de paludisme et les mesures de prévention.  
  • Le médecin listera les médicaments à emporter. Les seniors suivant un traitement régulier se feront prescrire leurs médicaments pour la durée complète du voyage (si possible, avec une ordonnance en anglais ou tout au moins, comportant le nom des principes actifs des médicaments, car les marques ne sont pas les mêmes dans tous les pays). En cas de maladie chronique (asthme, diabète, maladie cardiaque…) ou d’antécédents compliqués, demander à son médecin d’établir un résumé de la situation, là encore, si possible en anglais. 

Pendant le déplacement 

  • Il faut savoir que le risque de phlébites est plus élevé pendant les longs trajets. Il est recommandé de ne pas rester immobile trop longtemps et de boire souvent de l’eau (au moins un litre toutes les quatre heures). Lorsqu’il est impossible de se déplacer, ne pas hésiter à pratiquer des exercices pour se dégourdir les jambes (prévention des thromboses). Le port de bas de contention est indispensable en cas de varices ou d'insuffisance veineuse connue. A noter, enfin : l’abus d'alcool accélère la déshydratation et l'apparition des troubles vasculaires.
  • En avion, ne pas oublier de prendre son traitement habituel dans son bagage à main. Les porteurs de pacemakers penseront à emporter le relevé des caractéristiques techniques de leur appareil ; le port d’un pacemaker n’est en général plus affecté par les détecteurs des métaux des aéroports mais, par précaution, mieux vaut en informer le personnel de sécurité. Pour les diabétiques insulinodépendants : l’insuline se conserve bien à température ambiante le temps du voyage mais ne doit pas être congelée (ne pas la mettre en soute !). Présenter l’ordonnance aux services de sécurité. 
  • En voiture, les personnes âgées prendront le soin de se ménager des pauses régulières (toutes les 2 heures) et se méfieront plus que les autres de la conduite de nuit : la vision nocturne diminue avec l'âge

Sur place, quelques précautions à prendre 

Sans s’inquiéter outre-mesure, il faut avoir à l’esprit qu’une personne âgée récupère un peu moins vite que les autres et met un peu plus de temps à s’adapter. C’est aussi un sujet plus vulnérable et sensible à certains risques. Pour profiter au maximum de leurs vacances, les seniors ont donc tout intérêt à suivre ces quelques recommandations : 

  • Le voyage doit se faire avec un minimum de confort et il est impératif de prévoir des temps de repos. Lever le pied entre les visites !
  • Les effets du décalage horaire tendent à s'aggraver avec l'âge (fatigue, maux de tête, insomnie). Dès son arrivée, il est préconisé d’adopter l'heure locale. Pour la prise de certains médicaments comme l’insuline, respecter la procédure indiquée par son médecin. 
  • Attention à bien suivre les mesures d'hygiène élémentaires : se laver souvent les mains, ne consommer que de l'eau en bouteilles capsulées; peler les fruits ; éviter les crudités, la viande crue, les baignades en eaux douce ; se protéger du soleil, des moustiques, etc. Ne pas suivre ces principes de base peut se révéler lourd de conséquences chez les plus anciens. 
  • La sensibilité à la soif diminue chez les personnes âgées, qui doivent veiller à s’hydrater régulièrement (boire au moins 2 litres d'eau par jour). Le risque de dénutrition est également plus rapide : attention à maintenir un bon équilibre alimentaire et un apport calorique suffisant.  
  • Côté sécurité, enfin : une personne âgée peut être une cible de choix pour les pickpockets. Surtout, éviter de les tenter en affichant montres et bijoux ! 

A propos de Mondial Assistance

24h/24 et 365 jours par an, Mondial Assistance intervient partout dans le monde pour apporter à ses clients entreprises et particuliers, des solutions d’assistance et d’assurance sur mesure dans les domaines de l’automobile, du voyage, des loisirs, de la mobilité, de l’habitat, de l’emploi, de la santé et des services aux personnes.

Mondial Assistance appartient à Allianz Global Assistance, leader international de l’assurance voyage et de l’assistance qui anime un réseau de 400 000 prestataires et de 180 correspondants. 250 millions de personnes sont bénéficiaires de ses services soit 4 % de la population mondiale.

Site internet : www.mondial-assistance.fr

Suivez-nous sur http://twitter.com/#!/MondialAssistFR 

Contacts presse

Rumeur Publique
Olivia Smietana : 01 55 74 52 06 - 06 83 31 38 25
Audrey Noël : 01 55 74 52 03 - 06 03 45 75 39
mondialassistance@rumeurpublique.fr

Mondial Assistance - logo-maf-pour-cp

Transactions sécurisées par

Mondial Assistance - monext