Souscrire par téléphone (9 h / 18 h)

Informations et protection santé : virus Ebola

Mars 2015

Le virus Ebola appartient à la famille des filovirus.

Tabcontainer Title

Pathogénicité et Toxicité

Mondial Assistance - Le virus Ebola

La durée d’incubation de la maladie à virus Ebola varie entre 2 et 21 jours avec une moyenne de 8 jours.

Dans sa forme habituelle, la maladie débute brutalement par un syndrome pseudo-grippal (fièvre, myalgies, arthralgies, céphalées) accompagné par une profonde asthénie psychomotrice.

En 3 à 4 jours, apparaissent des signes cutanéo-muqueux (conjonctivite, exanthème, dysphagie) et digestifs (diarrhée et vomissement).

Un intervalle libre de quelques jours peut s’installer avec amélioration de l’état général et apyrexie mais par la suite, aggravation avec phase terminale marquée par des signes neurologiques à type d’encéphalite (obnubilation, coma, agitation, épilepsie) et des signes hémorragiques (gingivorragies, hémorragies digestives, mélaena, épistaxis…).

Lorsque surviennent les signes hémorragiques, le décès survient dans 80% des cas en moyenne 8 jours après l’apparition de la fièvre.

Sans signes hémorragiques, la guérison est sans séquelle mais la convalescence sera longue avec une asthénie prolongée pendant plusieurs semaines et arthralgies fluctuantes.

Tabcontainer Title

Mode de transmission

En l’absence de traitement spécifique ou de vaccin, le respect de mesures de protection est le seul moyen de prévenir l’infection.

Le virus EBOLA se transmet d’homme à homme par contact direct avec le sang ou autres fluides organiques comme les larmes, la salive, le lait maternel, le sperme, la sueur, les selles et vomissements des personnes infectées.

Il se transmet également par exposition directe à des objets qui ont été contaminés par les secrétions des patients infectés comme par exemple les aiguilles souillées ou les mouchoirs ou tissus souillés.

La transmission peut aussi se produire par contact direct avec les animaux morts ou vivants comme par exemple les singes, les chauves-souris des zones forestières affectées, les antilopes…

Il peut également se transmettre au contact du corps d’une personne infectée, décédée lors d’une cérémonie funéraire (c’est probablement l’origine des cas en Sierra Leone).

La contamination par voie aérienne n’a jamais été documentée mais le risque n’est pas exclu d’où la nécessité d’utiliser des masques en cas de doute.

Devant un cas suspect, il faut l’isoler, lui mettre un masque chirurgical, éviter tout contact avec les liquides biologiques et frictionner les mains avec des solutions hydro-alcooliques.

Il faudra relever les coordonnées de toutes les personnes ayant eu un contact étroit avec lui.

Tabcontainer Title

Epidémiologie

La maladie est toujours présente au Liberia, en Sierra Léone et en Guinée.

Il a été notifié plus de 23 900 cas confirmés, probables ou suspects de maladie à virus Ebola dans ces 3 pays et plus de 9800 décès.

Ces dernières semaines, des nouveaux cas ont été encore confirmés en Guinée et en Sierra Léone. Aucun nouveau cas n’a été rapporté au Liberia où il semblerait que les centres de traitement opérationnels respectent les règles minimales pour la lutte contre l’infection.

Le suivi des inhumations est aujourd'hui un indicateur de performance pour ces pays ainsi que la traçabilité des incidents liés à la sécurité ou le refus de coopérer des communautés concernées.

6 pays étrangers ont notifié un ou plusieurs cas importés : USA, Espagne, Mali, Nigéria, UK et Sénégal. Il n’y a pas eu de nouveaux cas.

Le risque d’introduction d’un cas de maladie à virus Ebola demeure toujours tant que des nouveaux cas sont notifiés dans un pays.

Depuis le 20 octobre 2014, l’OMS a développé un renforcement des équipes au niveau de 14 pays prioritaires en Afrique (Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Sénégal, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Ethiopie, Gambie, Ghana, Mauritanie, Niger, République Centrafricaine et Togo) et un appui technique dotant chaque pays d’un plan personnalisé de prévention avec notamment l’organisation d’ exercices  de haut niveau et des simulations sur le terrain pour une meilleur préparation opérationnelle.

Pour les pays limitrophes (Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali et Guinée-Bissau) les surveillances transfrontalières ont été renforcées dans le cadre du Règlement Sanitaire International afin de coordonner la riposte au virus.

Il est essentiel de rester vigilant et informer tout voyageur sur la maladie elle-même, ses symptômes et les mesures de base à prendre pour stopper la transmission de la maladie à virus Ebola.

  • Comment se fait la contamination ? Transmission directe par contact direct avec du sang, des secrétions et liquides organiques de personnes infectées ou par contact avec des surfaces et objets souillés comme les vêtements par ex.
  • La période d’incubation soit l’intervalle entre infection et l’apparition des symptôme est de 2 à 21 jours.
  • Les symptômes ? : apparition brutale de fièvre >38°5, douleurs articulaires, musculaires, maux de tête, fatigue puis en 3 à 4 jours apparition de troubles digestifs (vomissements, diarrhée), de signes cutanés et muqueux ( éruption cutanée, conjonctivite, difficulté à avaler).
  • La contagion n’existe qu’après la déclaration de la maladie donc après l’apparition des symptômes décrits.
  • Quel risque en se rendant dans un pays touché par la maladie à virus Ebola ? : le risque est faible +++ en dehors  de contact direct avec des personnes malades ou décédées (ou assister à un enterrement).
  • La prévention consiste à  ne pas toucher les personnes malades ou décédées, ne pas  être en contact avec les secrétions corporelles (sang, vomissements, selles, sueurs, urine, sperme…), les animaux porteurs du virus (chauve-souris, viandes de chasse) et se laver les mains aussi souvent que possible dès lors que vous quittez un lieu publique.

En cas de doute, le suivi par les autorités de santé se fait durant 21 jours.

Vaccination : Suite aux essais cliniques fin 2014 et au vu des résultats prometteurs obtenus, le vaccin VSV-EBOV contre le virus Ebola mis au point par l’Agence de la Santé Publique du Canada a été déployé lors d’une campagne de vaccination en Guinée sous contrôle de l’OMS , de MSF et du Ministère de la Santé de la Guinée qui a débutée le 07/03/2015.

Infographie transmise par l'OMS :

Mondial Assistance - Ebola infographie

Les conseils que vous trouverez dans cette page n'ont pour seul objectif que de faire de vous un voyageur averti et informé. Ils ne sauraient en aucun cas remplacer une consultation médicale individuelle auprès de votre médecin traitant habituel.

Les fiches "Informations par thème" qui vous sont proposées sur ce site sont destinées à faciliter la préparation de votre voyage et ne prétendent pas à l'exhaustivité. Malgré la qualité des informations mises à votre disposition, elles ne vous dispensent nullement d'adopter une attitude prudente et de recueillir des conseils spécialisés ou de vous faire confirmer les informations proposées sur notre site. Elles ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de leurs auteurs et de Mondial Assistance.

Transactions sécurisées par

Mondial Assistance - monext