Souscrire par téléphone (9 h / 18 h)

Informations et protection santé : grippe A

Depuis quelque temps, le Groupe Mondial Assistance suit de près les évolutions du virus de la nouvelle grippe A/H1N1.
A l’approche des vacances d’été, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a relevé son niveau d’alerte sur cette grippe au niveau maximal de 6 au début du mois de juin 2009, déclarant ainsi l’état de pandémie mondiale.

Vous trouverez dans cette rubrique une information complète et pratique, établie avec la participation du Docteur Catherine Porte-Arondelle, directeur médical adjoint de Mondial Assistance France, pour passer des vacances en toute tranquillité !
Si vous souhaitez aller plus loin sur ce sujet, vous trouverez également en bas de page des liens qui vous permettront de disposer des plus récentes recommandations sur les précautions à prendre et les voyages dans les régions contaminées.

Tabcontainer Title

Qu'est-ce que la grippe ?

La grippe est une infection respiratoire aiguë fréquente, contagieuse et d’origine virale due aux virus Influenzae. Elle est à l’origine d’épidémies annuelles.

Les virus grippaux se répartissent entre différents types : A, B et C.
Les virus A et B sont à l’origine des épidémies saisonnières, mais seul le virus A peut être responsable de pandémies. L’évolution génétique de ces virus se fait, soit par glissement lors des épidémies saisonnières, soit par cassure (notamment pour les virus de type A). C’est ainsi qu’apparaissent des nouveaux virus contre lesquels la population n’est pas protégée : c’est ce qui génère des pandémies grippales.

Les symptômes grippaux ne sont pas spécifiques et peuvent être source de complications telles que : infections des voies respiratoires, pathologies pulmonaires chroniques, désordres cardiaques, rénaux ou métaboliques, particulièrement parmi les sujets de plus de 65 ans et les bébés de moins d’un an.

Il existe trois médicaments antiviraux préventifs ou susceptibles d’aider à lutter contre la grippe : amantadine (mantadix), zanamivir (relenza) et oseltamavir (tamiflu). Ces médicaments ne sont pas une alternative à la vaccination, mais ils peuvent, dans certains cas, être utilisés en complément.
La meilleure mesure préventive contre la grippe est la vaccination. Elle réduit les décès consécutifs à une grippe de 80% et les hospitalisations de 50%.

Quelques chiffres clés :
Durant les épidémies annuelles de grippe, 5 à 15% de la population est atteinte d’infections des voies respiratoires supérieures. Les hospitalisations et décès concernent essentiellement les groupes de patients à haut risque (personnes âgées, malades chroniques). Quoique difficile à recenser exactement, on estime que ces épidémies touchent sévèrement chaque année entre trois et cinq millions de malades et causent la mort de 250 000 à 500 000 personnes à travers le monde.

Tabcontainer Title

Qu'est-ce que la grippe A/H1N1 ?

La grippe porcine est une maladie respiratoire aiguë très contagieuse transmise par les porcs, laquelle est provoquée par un virus grippal de souche A. Le taux de morbidité semble élevée et celui de mortalité faible (entre 1 et 4%). La contamination chez les porcs est apparue au cours de l’année, avec un pic d’augmentation pendant les saisons d’automne et d’hiver dans les zones à climat tempéré. Plusieurs pays vaccinent systématiquement les populations porcines contre la grippe porcine.

Les virus de la grippe porcine sont plus communément de type H1N1 mais d’autres types de virus peuvent contaminer la population porcine (ex. H1N2, H3N1, H3N2). Les porcs peuvent être infectés par le virus de la grippe aviaire, par le virus de la grippe transmissible à l’homme ainsi que le virus de la grippe porcine. Le virus de la grippe H3N2 semble avoir été à l’origine transmis aux porcs par l’homme. Certains porcs peuvent être contaminés par plusieurs virus en même temps provoquant ainsi une mutation génétique du virus.

La nouvelle grippe A/H1N1 est une infection à un nouveau virus qui résulte de phénomènes de recombinaisons à partir du virus de porc (grippe porcine), humain et aviaire et qui maintenant se transmet d’homme à homme.

Tabcontainer Title

Quels en sont les symptômes ?

Les symptômes de la grippe A/H1N1 chez l’homme sont, dans la majeure partie des cas, les mêmes que ceux de la grippe saisonnière : fièvre supérieure à 38°, courbatures/fatigue et toux ou difficultés respiratoires.

La période d’incubation peut aller jusqu’à 7 jours. Ainsi toute personne présentant ces symptômes devient un cas possible si dans les 7 jours avant le début de ces signes, elle a séjourné dans une zone contaminée ou si elle a eu un contact étroit avec un cas possible pendant sa période de contagiosité (24h avant le début des signes cliniques).

Tabcontainer Title

Quelle est la différence entre la grippe A / H1N1 et la grippe « saisonnière » ?

Il n’y a pas de différence au niveau des symptômes et de la transmission. En revanche, la grippe A / H1N1 semble toucher plus particulièrement les jeunes gens (enfants ou jeunes adultes de moins de 25 ans) : 2% des malades présentant des formes sévères et la plupart des décès constatés sont survenus entre 30 et 50 ans. La grippe saisonnière, a par contre un impact plus important sur les personnes plus âgées. Néanmoins, la grippe A / H1N1 peut toucher n’importe qui, dès lors qu’il y a un séjour dans une zone où circule le virus, ou un contact étroit avec un cas probable ou confirmé pendant la période de contagiosité.

Tabcontainer Title

Comment se propage la nouvelle grippe A/H1N1 ?

Dans le cadre de l’épidémie actuelle, la transmission se fait de la même manière que celle d’une grippe saisonnière :

  • par la voie aérienne, c’est-à-dire la dissémination dans l’air du virus par l’intermédiaire de la toux, de l’éternuement ou des postillons ;
  • par le contact rapproché avec une personne infectée par un virus respiratoire (lorsqu’on l’embrasse ou qu’on lui serre la main) ;
  • par le contact avec des objets touchés et donc contaminés par une personne malade (exemple : une poignée de porte).
Tabcontainer Title

A quoi correspondent les différents degrés d’alertes de l’OMS ?

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a défini un plan d’alerte à la pandémie, permettant ainsi à tous les pays de détecter et de vérifier rapidement les menaces que représentent les maladies à tendance épidémique et les maladies émergentes, afin d’y apporter sans délai une réponse appropriée atténuant leurs effets sur la santé et sur l’économie mondiale.

  • Phase 1: les virus grippaux circulent normalement chez les animaux ; il n’y a aucun cas d’infection chez l’homme.
  • Phase 2: un virus grippal animal a provoqué localement quelques cas d’infections chez l’homme par contact direct.
  • Phase 3: un virus grippal est à l’origine de cas isolés ou petits groupes de malades dans la population.
    Il existe une transmission interhumaine limitée à un contact étroit entre une personne infectée et une personne non protégée mais il n’y a pas encore de transmission interhumaine suffisamment efficace pour maintenir les flambées à l’échelon communautaire.
  • Phase 4: elle se caractérise par la transmission interhumaine vérifiée d’un virus grippal réassorti animal ou animal-humain capable de provoquer des «flambées à l’échelon communautaire ». Cette phase indique une majoration importante du risque de pandémie mais ne signifie pas nécessairement qu’une pandémie est inéluctable.
  • Phase 5: elle se caractérise par une propagation interhumaine du virus dans au moins deux pays d’une région de l’OMS. Si la plupart des pays ne sont pas touchés à ce stade, la déclaration de la phase 5 est un signal fort, indiquant qu’une pandémie est imminente et qu’il reste peu de temps pour finaliser l’organisation, la diffusion et la mise en oeuvre des mesures d’atténuation prévues.
  • Phase 6: La phase de pandémie mondiale est en cours, elle se caractérise par des flambées à l’échelon communautaire dans au moins un autre pays  de l’OMS en plus des critères définis à la phase 5.
Tabcontainer Title

Peut-on manger de la viande de porc ou des produits à base de porc en toute sécurité ?

Oui. Il n’a pas été prouvé que la grippe A/H1N1 soit transmissible à l’homme par l’ingestion de viande de porc ou d’autres produits dérivés du porc correctement manipulés et préparés. Le virus grippal porcin est tué par des températures de cuisson de 70°C, correspondant aux instructions généralement données pour la préparation du porc ou de toute autre viande.

Tabcontainer Title

Quelles sont les précautions à prendre pour éviter la transmission du virus ?

Dans le cadre de l’épidémie actuelle, la transmission se fait par la voie aérienne (toux, éternuement ou postillons), par le contact rapproché avec une personne infectée par un virus respiratoire (lorsqu’on l’embrasse ou qu’on lui serre la main), par le contact avec des objets touchés par une personne malade (exemple : une poignée de porte).

Il faut donc au mieux :

  • éviter les lieux de rassemblement (salles de spectacles, réunions publiques, ascenceurs...),
  • aérer régulièrement les lieux dans lesquels vous vous trouvez,
  • éviter tout contact avec une personne malade,
  • se laver régulièrement les mains avec du savon ou avec une solution hydroalcoolique (en vente en pharmacies et grandes surfaces),
  • se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier (à jeter dans une poubelle) lorsque vous toussez ou éternuez.

Le port d’un masque chirurgical est conseillé pour les malades afin de limiter la contamination d’autres personnes, puisque le risque de contamination existe à partir d’une proximité de moins d’un mètre d’une personne malade. Les masques de protection respiratoire (masque FFP2- FFP-3) sont réservés aux professionnels de santé en contact régulier et rapproché avec des malades. Ces protections respiratoires jetables protègent contre l’inhalation d’agents infectieux transmissibles par voie aérienne et doivent être changés toutes les 2-3 heures.

Tabcontainer Title

Comment la grippe A / H1N1 peut-elle être soignée ?

L’Institut Pasteur a mis au point, en mai dernier, un test permettant de détecter le nouveau virus A/H1N1.

Les médicaments antiviraux [l’oseltamivir (Tamiflu®) et le zanamivir (Relenza®)] n’immunisent pas contre le virus mais sont efficaces et réduisent sa capacité de reproduction. Ils doivent être prescrits par un médecin dès les premiers symptômes grippaux (moins de 48 heures). Ils peuvent raccourcir la durée de la maladie et probablement prévenir les complications. Ils ne constituent en aucun cas un traitement préventif, bien qu’ils puissent être donnés aux personnes ayant eu un contact étroit avec un malade confirmé.

Pour les enfants de plus de 1 an,  il existe un traitement antiviral (sous forme pédiatrique) qui peut être prescrit en cas de besoin. L’agence européenne du médicament European Medicines Agency a rendu, en mai dernier, un avis favorable concernant l’utilisation de l’antiviral Tamiflu® (oseltamivir) pour les enfants de moins de 1 an en cas de pandémie déclarée de grippe H1N1. (Recommandations valables qu’en situation de pandémie déclarée par l’OMS, c’est-à-dire en phase 6 du plan).

Tabcontainer Title

Existe-t-il un vaccin pour l’homme permettant de se protéger de l’épidémie ?

Il n’existe pas de vaccin contre ce nouveau virus. Pour le moment, rien ne permet d’affirmer que le vaccin saisonnier soit efficace contre ce nouveau virus. En effet, les virus grippaux changent très rapidement.

La mise à disposition de la souche pour la fabrication du vaccin est sous la responsabilité de l’OMS. La souche, une fois préparée, sera mise à disposition des industriels pour la fabrication du vaccin. Un délai prévu de plusieurs mois est nécessaire pour que le vaccin soit disponible.

Tabcontainer Title

Que dois-je faire si je pense être infecté par le virus de la grippe porcine ?

Si vous ne vous sentez pas bien, avez de la fièvre, de la toux et/ou un mal de gorge :

  • Restez chez vous et évitez autant que possible votre lieu de travail, les écoles et les foules.
  • Reposez-vous et buvez beaucoup.
  • Couvrez-vous la bouche et le nez avec des mouchoirs lorsque vous toussez et éternuez, puis jetez correctement vos mouchoirs usagés.
  • Lavez-vous soigneusement les mains avec du savon et de l’eau de manière fréquente, en particulier après avoir toussé ou éternué.
  • Informez votre famille et vos amis de votre maladie et cherchez de l’aide pour les tâches domestiques occasionnant des contacts avec d’autres personnes, telles que les courses.

Si vous voyagez et que vous avez besoin d’une surveillance médicale :

  • Contactez votre médecin ou votre prestataire de soins de santé avant votre voyage afin de les rencontrer et déclarer vos symptômes.
    Expliquez pourquoi vous pensez avoir contracté la grippe A/H1N1 (par exemple, si vous avez récemment séjourné dans un pays touché par le virus). Suivez les conseils qui vous sont donnés concernant les soins.
  • S’il vous est impossible de contacter votre prestataire de soins de santé à l’avance, parlez de vos doutes sur votre état de santé immédiatement à votre arrivée dans un établissement de soins.
  • Prenez soin de vous couvrir le nez et la bouche durant votre voyage.
Tabcontainer Title

Y a-t-il des pays à éviter actuellement ?

Il n’y a pas à ce jour de limitation de voyage, ni de fermeture des frontières. Il faut simplement appliquer les règles de prévention, adopter les recommandations émises par les autorités sanitaires locales et consulter un médecin en cas de fièvre ou de symptômes grippaux. Pour toute aide, il faut prendre contact avec l’ambassade ou le consulat du pays concerné.
Par ailleurs, l’Institut de Veille Sanitaire met en ligne chaque jour un point épidémiologique sur le nombre de cas en France et dans le monde : www.invs.sante.fr.
Le site de l’Organisation mondiale de la santé recense également toutes les données épidémiologiques : www.who.int/fr

Lors des retours des pays endémiques, il faudra se soumettre aux recommandations du Ministère des Affaires Intérieures en vigueur au niveau de toutes les compagnies aériennes et remplir une fiche de traçabilité qui sera confiée aux services de la Direction des Affaires Sanitaires et Sociales (DASS).

Tabcontainer Title

Y a-t-il un risque de saisonnalité ?

Il existe effectivement un risque de saisonnalité, car les cas de grippe ont tendance à diminuer quand la température se réchauffe.
Généralement, les nouveaux virus commencent toujours par une légère vague suivie par une vague importante quelque mois plus tard : le risque est donc réel de reprise de l’épidémie cet automne au cœur de la saison de la grippe.

Tabcontainer Title

Pour aller plus loin...

Les conseils que vous trouverez dans cette page n'ont pour seul objectif que de faire de vous un voyageur averti et informé. Ils ne sauraient en aucun cas remplacer une consultation médicale individuelle auprès de votre médecin traitant habituel.

Les fiches "Informations par thème" qui vous sont proposées sur ce site sont destinées à faciliter la préparation de votre voyage et ne prétendent pas à l'exhaustivité. Malgré la qualité des informations mises à votre disposition, elles ne vous dispensent nullement d'adopter une attitude prudente et de recueillir des conseils spécialisés ou de vous faire confirmer les informations proposées sur notre site. Elles ne sauraient en aucun cas engager la responsabilité de leurs auteurs et de Mondial Assistance.

Transactions sécurisées par

Mondial Assistance - monext